Dans l'histoire de
Rennes le Chateau
le plus ancien chercheur
et qui lui, trouva
est sûrement et ceci jusqu'à preuve du
contraire
Bérenger Saunière.
 

 Le diable de Rennes le Chateau
 

17 Janvier Annonces Avant Saunière Avens Chateaux Chercheurs Croix
Curés Découvertes Décryptage Divers Documents Eglises Forum-Secours
Fouilles Franc-Maçonnerie Hypothèses

Insolite
Journal Les Mines Liens
Littérature Logis Météo NEWSLETTER Personnages Pierres Gravées Poussin
Prieuré de Sion Souterrains NEW T'CHAT FORUM Templiers Tombeaux

 

Pays de Couiza est le site des 24 communes du territoire, dans l'Aude, ou se situe Rennes le Chateau, Rennes les Bains, et les autres...
Le Centre de Tourisme Equestre de Blanchefort à Cassaignes 


Le trésor des républicains

Rennes le Château au secours du peuple juif

Pique-nique des chercheurs

Les statuts de l'association (AICT)



Matériel de détection.


Jeff et Asmo détecteur Deepers

Galahad, Nia, Rico et Asmo
avec un petit lingot d'argent

Une cache vide
de plusieurs mètres cubes

Alaric tout pensif

De Rennes le Château
au trésor des républicains Espagnols de la Vajol
Avec la participation de plusieurs membres du cercle du 17 janvier.

Beaucoup cherchent un trésor sans données historiques, sans matériels appropriés voire même sans fondement. Nous n'étions pas de ceux-là, voilà notre histoire…
L'histoire commence ainsi, l'or des républicains espagnols, un or dont on sait tout, sauf que le montant du convoi aurifère d'arrivée diffère de celui du départ.
Un camion chargé d'or, ne verra jamais la frontière française, ses conducteurs, peut être plus intelligents que la moyenne, avaient bien compris que rien ne servait de défendre une cause déjà perdue d'avance, alors autant penser à soi car c'est bien connu autant se servir par soi- même.
Voilà comment sept tonnes d'or ce retrouvent dans la nature…
Samedi 15 avril 2006, 7h30 du matin, on tambourine à notre porte d'hôtel, une voix gaillarde et pourtant féminine nous harcèle et répète inlassablement
" Les gars, on s'en va sans vous !!! ".
La soif de l'or commence à faire ses effets…Qui n'a jamais vécu de prendre un café sous le regard de ses compagnons de fortune bien calfeutré dans une voiture, n'a jamais vécu…Tout est y passé du klaxon prolongé, à l'appel de phare, et même à l'intimidation du bref démarrage !
Bon grés mal grés, nous voilà partis, direction la Vajol, un petit coin de nature identique à Rennes les Bains.
La Clio audoise ouvrait la route à forte allure, derrière notre belle Ford avait du mal à suivre, il faut dire que nous étions bien chargés et que notre chauffeur très philosophe répétait en boucle " de toute façon, il n'y a qu'une route…on les aura "
Dans les lacets de la terre promise, les rêves se réveillent et le café fait son effet, on va y arriver, on va trouver et nous allons trouver !
Le mauvais temps se mêle aussi de la partie, la pluie fait son apparition, la Clio ne semble pas apprécier l'eau, elle a perdu toute son ardeur du début.
Rico, regardant toujours le coté positif des choses, nous fait remarquer, à juste titre que creuser par temps de pluie, c'est beaucoup plus simple.
Neuf heures, nous voilà à bon port.
A l'instar du matin, il n'a fallu que quelques minutes à l'équipe pour se mettre en branle. Les coffres de voiture s'ouvrent, et chacun prend sa tenue,
… Casquette, imperméable, et tenue kaki s'enfilent.
Tout le monde est prêt, le cérémonial peut commencer, les détecteurs à métaux sont montés et activés, ce qui est étrange dans ces moments là, c'est que même un novice de cet art, sait le monter, le brancher et devine même son fonctionnement.
" Républicains nous voilà " lance Galahad, tout en brandissant bien haut une pelle, et d'un coup la pluie cesse. (Pour moi, cette relation de cause à effet est au demeurant toujours aussi étrange)
La chasse est ouverte…

Et nous voilà partis par groupe de deux, cette colline de la Vajol n'a plus de secret pour nous, chaque centimètre carré fut ratissé et analysé.
Jeff sautait de trou en trou suivit par Marie. Asmo qui avait eu un signal très fort en début de quête, s'évertuait à creuser le centre de la terre. Galahad examinait les rochers, éléments naturels immuables qui comme pour lui et pour moi furent peut-être des bornes de repérages en vu de revenir chercher l'or !
Blanchefort pendu à son portable nous regardait d'un œil bienveillant, on eu dit qu'il avait déjà trouvé.
Alors que certains très tôt le matin avaient poussé le caddie pour nous préparer le pique nique (merci à eux), Asmo dans son trou de prés de soixante centimètres, nous trouvait enfin un couteau pour s'occuper de la saucisse…Jeff nous empilait les cartouches, galahad de bip en bip s'assurait de la logistique des pelles et Rico nous inventait un nouveau sport.
Boudet aurait certainement appelé ce Sport : Throw Detector Bramble…Le principe en est fort simple, à chaque bruit suspect de véhicule ou autres, vous envoyez un détecteur de métaux dans un tas de ronce le plus proche.
Et puis d'un coup la semonce, …la fameuse phrase impérative : " Venez Voir ! ".
Effectivement, pour voir, on a vu. Les Romains disaient Vae Victis.
Vaincus, dans le sens ou devant nos yeux, la solution de cette énigme trésorière s'imposait.
Un vaste trou de 6 mètres sur 3, avec 60 cm de profondeur était devant nous.
Ce trou dévoilait de plus ces " fondations " en bois, avec un système de charnières comme pour une ouverture.
Le tas de terre fleurie sur la gauche, témoignait certainement du labeur de nos prédécesseurs, un système de poulie semblait même installé au-dessus du trou...les caisses d'or, c'est lourd !
Je vous passe les commentaires qui ont suivi.
13 heures pointait son nez. Certains continuaient la chasse, disons plutôt s'amuser ; d'autres préparaient le repas pour la venue du Superviseur, qui après quelques facéties nous a entraîné vers une autre aventure expéditionnaire.
Mais là, c'est une autre Histoire…

G.



Article de la dépêche du midi
du mardi 3 mars 1987

Rennes le Château au secours du peuple juif

Pendant les travaux, le mystère continue...
La grand-messe ésotérique reprend de plus belle

Rennes le Château, c'est un piton de cailloux juste au dessus de Couiza; c'est aussi le bouton de fièvre de l'Aude. "
Ici, les accès sont fréquents et violents. Tout peut arriver à Rennes, et tout y arrive, en fait: Et que l'on ne vienne pas nous refaire le couplet sur le battage des médias. En 1965, déjà, le maire de la commune qui, depuis, en a vu d'autres, était amené à prendre un arrêté municipal inédit, interdisant les fouilles sur tout son territoire! Motif: Certains chercheurs tentaient de débusquer le trésor de Béranger Saunière... à la dynamite.
La grand messe ésotérique tournait à la boucherie. Car la clé de voûte de la popularité de Rennes, c'est bien ce fabuleux mystère bâti autour du curé, en poste au début du siècle. A sa mort, les langues des paroissiens et des autres se délièrent. On apprit que Béranger Saunière avait dépensé, en quelques mois, ce qu'un curé de campagne gagnait pendant toute sa vie, fût_elle, par la grâce de Dieu exceptionnellement longue. II était donc dit que Béranger avait un trésor, caché là, quelque part dans Rennes ou sur le plateau calcaire, troué comme un fromage de gruyère, qui l'entoure. Le site, l'histoire récente du curé, l'histoire ancienne du lieu, et les mythomanes qui se succédèrent à la tribune contribuèrent à faire de Rennes le haut lieu des chasseurs de trésor. C'est alors que l'on découvrit vraiment l'incommensurable délire de l'imagination humaine en marche. Oh I bien sûr, il y eut, dans le flot de maniaques de tous crins, suffisamment de gens bien intentionnés pour faire du trésor de Béranger Saunière une mine de papier. On ne vous apprendra rien en rappelant que nombreux furent les " écrivaillons " qui se remplirent les comptes en banque en spéculant sur de prétendus trouvailles, sur l'imminence de la découverte du siècle. En vrac, on vous livre les hypothèses chocs : Béranger Saunière avait acquis la preuve que Jésus Christ en personne aurait cté l'époux, sinon l'amant, de Marie Madeleine.
Sur ce, le Vatican, empressé d'étouffer le scandale du millénaire (sinon des deux derniers millénaires ...). le Vatican se serait donc empressé de verser au curé de Rennes largement de quoi acheter son silence.

Mais il y a mieux. Certains affirment, aujourd'hui, que le Christ soi même, gît quelque part du côté de Rennes ! Que sa dépouille est là, à portée de pioche…Alors, tout le monde s'est remis à creuser. Enfin, presque tout le monde, car Michel Gaillaud écrivain, installé depuis deux ans au village, est, lui, persuadé qu'une faille " spatio-temporelle " est sur le point de s'ouvrir, à Rennes ! II s'applique donc à poursuivre ses travaux d'alchimie. Jean Pellet, un, chercheur lyonnais de 56 ans, prétend, quant à lui, qu'il est sur le point d'aboutir. II s'apprête à mettra tout simplement la main sur le ' trésor du temple de Salomon et son fameux chandelier à sept branches, symbole du peuple juif. "Je ne peux pas me tromper ", avoue avec humilité le Lyonnais, qui a quand même, derrière lui, trente ans de traque sans merci. Car voilà trois décennies que Jean Pellet décidait de tout plaquer pour se consacrer à la seule recherche du trésor de Rennes !
Le chercheur espère obtenir très vite les autorisations de fouilles qui lui sont nécessaires (pour donner le coup de pioche décisif. Une simple question de jours .
En attendant, à Rennes, la vie continue, triste comme un jour d'hiver, le coeur de I économie lie de ce secteur de la haute vallée battant de plus en plus faiblement. Le trésor de Béranger Saunière a peut être suscité des vocations, mais il n'a pas créé d'emplois. Sur la dépouille du curé milliardaire les héritiers spirituels s'entre-déchirent, s'épient, s'espionnent; les théoriciens s'affrontent, se retrouvent au tribunal I Des missionnaires anglais se sont retrouvés excommuniés par l'Église anglicane pour cause d'ésotérisme exagéré I Les autochtones, incrédules , comptent les coups. Rennes le Château, c'est Dallas...sans les dollars.

Photo : Jean Pellet, chercheur Lyonnais de 56 ans, est
à deux coups de pioches de la trouvaille du millénaire :
le chandelier à sept branches du peuple juif, enfoui quelque
part par Béranger Saunière, avec le trésor du roi Salomon.
Tout simplement.

D. BABOU.

~~~~~~~~

Expédition à la grotte aux squelettes
du Bézu


Ascension pour arriver à la grotte


Les chercheurs


Intérieur de la grotte


Crâne


Intérieur de la grotte


Ossements dans la grotte


Photos Jean-Claude De Brou

~~~~~~~~

Pique-nique des chercheurs à la Pentecôte le 8 Juin

Seconde initiative de la part de Jean-Claude afin de réunir les chercheurs de tous horizons, malgré une météo annoncée comme peu favorable ...

C'est dans ce cadre enchanteur face au Cardou et à Blanchefort en compagnie d'une quarantaine de convives que la journée à débuté

Le rendez-vous était fixé à partir de 12h00 pour le traditionnel apéritif.
Sylvie et Jean-Claude comme à l'accoutumé avaient tout prévu.
Félicitations à Mimi pour son service digne d'un professionnel.


 

A gauche : Alaric03,AsMoDé,J.Panstouaux,Blanchefort et Jérôme
A droite : Claude Boumendil et sa charmante compagne
Une ambiance digne de la croisette lors du festival de Cannes.

Passage à table

Une fois les convives à leurs places l'ambiance monte en douceur et les discussions vont bon train.
Que de confessions ... O combien de secrets révèlés ...
A noter au passage la présence de l'écrivain Jacques Rivière, de Georges Kiess du CERT , d'Endel , de Belatax , du Bourguignon et d' Alexandre. Passage éclair de deux restaurateurs de la région. Merci aussi à tous les présents non cités ici mais qui se reconnaîtront.

Après-midi champêtre

 

Arthur, futur chercheur et sa maman.

 

Jeff de la maison du chevalier à Camps sur Agly nous a offert un récital à l'orgue de barbarie.

Sylvie à enchaîné au piano avec Jeff au chant sur une inoubliable reprise du pénitencier.

Retour aux sources avec Alain Férral à la guitare, le chercheur ex-chanteur des "Enfants Terribles" nous à offert une version "unplugged" de ses plus grands succès.

Soirée improvisée pour les plus résistants

Les discussions vont bon train l'ambiance est toujours au sommet, c'est au cours de cette soirées que Belatax, Jean-Claude,et Jean-François organisent la journée du lendemain : une expédition à la grotte des pestiférés.
Expédition à laquelle je suis aimablement invité à prendre part, mais ceci est une autre histoire que je vous conterai dans les jours a venir.

Le mot d'Alaric03 :

"Excellente journée passée en compagnie de Blanchefort, Marie, Asmodé, Arthur et sa maman, Belatax et son épouse, le bourguignon et son épouse, Georges Kiess, Claude Boumendil et sa petite femme, Alain Férral, J.Panstouaux, Jérome et tous ceux que j'oublie. Cette journée organisée à l'initiative de Blanchefort et Marie à été un succès. La plupart des conversations étaient axées sur l'histoire de Rennes, le tout agrémenté par Jef et son orgue de barbarie, Claude et sa guitare, et les chansons interprétées divinement par Alain Férral et sa guitare. La fin de la soirée fut bercée par les mélodies jouées au piano par Marie. Merci à tous les deux pour cette super journée.
Alaric 03 dit "le bien aimé"

Rendez vous en 2004.

Merci à Sylvie et Jean-Claude pour cette merveilleuse journée ainsi qu'à "Monsieur l'Univers" qui nous a fait briller le soleil toute la journée ;-)

Un clin d'oeil au passage à une sympathique famille d'Antugnac pour son accueil chaleureux.
AsMoDé.

 

retour haut de page

E-Mail : Contact

Retour à l'accueil